Dossier ECAF

Sexualités prénuptiales, rapports de genre et grossesses non prévues à Ouagadougou

par Clémentine Rossier  Du même auteur

      Nathalie Sawadogo  Du même auteur

      André Soubeiga  Du même auteur

Résumé

La sexualité prémaritale se généralise sur le continent africain, et cette tendance est plus accentuée dans les villes. Bien que l’utilisation du préservatif ait progres chez les jeunes non mariés, de nombreuses études montrent que les besoins contraceptifs non satisfaits restent importants dans ce sous-groupe de la population. À partir de données qualitatives collectées en 2006 et 2007 à Ouagadougou, Burkina Faso (77 entretiens approfondis avec des jeunes femmes et hommes, enquête Emergency Contraception in Africa – ECAF), cet article montre comment un système de genre inégalitaire contribue à la survenue de grossesses non prévues avant le mariage. L’activité sexuelle prénuptiale des jeunes femmes reste marquée par la recherche de moralité et de mariage (un mariage plus ou moins différé) ; l’activité sexuelle prénuptiale masculine est souvent caractérisée par une valorisation du multi-partenariat et du plaisir masculin. Les logiques qui sous-tendent l’activité sexuelle prénuptiale peuvent amener les individus à vouloir éviter une grossesse à tout prix, ou au contraire, à reléguer la prévention au second plan. Les grossesses non prévues surviennent quand un des partenaires se situe simultanément dans plusieurs logiques à la fois et/ou quand les deux partenaires sont dans des logiques différentes ; dans ce dernier cas, l’asymétrie des motivations des hommes et des femmes place ces dernières en position de vulnérabilité dans la négociation du préservatif.

Plan de l’article
  • Introduction : contexte et cadre théorique
  • Conclusion