Articles

Veuvage et remariage en Sardaigne, Alghero, 1866-1925

par Stanislao Mazzoni  Du même auteur

      Marco Breschi  Du même auteur

      Massimo Esposito  Du même auteur

      Lucia Pozzi  Du même auteur

Résumé

Cet article analyse le remariage en Sardaigne, de l’unification italienne (1861) jusqu’aux premières décennies du xxe siècle. L’île se distinguait alors par un modèle de nuptialité différent du schéma dominant en Italie continentale. Dès le haut Moyen Âge, le mariage sarde présente des modalités originales de propriété et d’héritage, en particulier par le rôle majeur reconnu aux femmes dans la gestion de la famille, de ses ressources économiques et le système d’héritage. Compte tenu de ses spécificités, la Sardaigne constitue un terrain historique intéressant pour l’étude de la nuptialité, et en particulier du remariage. L’approche méthodologique choisie est micro-analytique, à partir des données individuelles recueillies sur la population d’Alghero, ville côtière du nord-ouest de la Sardaigne. Il s’agit d’une analyse longitudinale qui porte sur un ensemble complexe de données individuelles et résulte de la combinaison de sources civiles et religieuses. L’objectif principal est d’identifier les caractéristiques sociodémographiques des veufs et des veuves, et d’examiner précisément les facteurs individuels et contextuels qui ont pu les amener à fonder une nouvelle famille. L’étude des remariages à Alghero nous permet d’analyser en détail la dynamique de recomposition des familles dans une communauté méditerranéenne.

Plan de l’article
  • Un modèle démographique singulier
  • Conclusion