Articles

Emploi et première maternité en Corée du Sud, 1978-2006

par Li Ma  Du même auteur

Résumé

Cet article analyse la relation entre l’emploi des femmes et l’entrée en maternité dans le contexte socio-économique et institutionnel de la Corée du Sud, à partir des données des vagues 1 à 10 du Korea Labor and Income Panel Study (KLIPS) recueillies entre 1998 et 2007. L’étude retrace les comportements de fécondité et d’emploi depuis 1978 en ayant recours à la méthode de l’analyse biographique. L’entrée en maternité se caractérise par une tendance à la baisse, surtout à partir des années 1990. Elle est notamment liée au report et à la diminution des mariages. Les femmes qui quittent leur emploi sont davantage susceptibles de devenir mères que celles qui restent actives ou n’ont pas eu d’expérience professionnelle. Le fait de sortir du marché du travail est souvent le signe de constitution de la famille, mais ce phénomène est remis en cause dans les dernières années. Désormais, rester en activité jusqu’à la grossesse et pendant celle-ci est plus fréquent. Les salariées du secteur public sont davantage susceptibles que les autres de devenir mères, soulignant ainsi l’importance de la stabilité de l’emploi pour l’entrée en maternité en Corée. Le comportement de fécondité des salariées du secteur privé paraît plus sensible aux bouleversements des cycles économiques.

Plan de l’article
  • Développement économique et bouleversements démographiques
  • Développement de l’instruction, entrée sur le marché du travail et responsabilités familiales des femmes
  • Les facteurs institutionnels : contraintes du marché du travail et politiques sociales
  • Les valeurs traditionnelles et leur évolution
  • Questions de recherche
  • Les différents facteurs d’entrée en maternité
  • Le rôle des caractéristiques de l’emploi
  • L’interaction entre le statut d’emploi et l’entrée en maternité
  • Conclusion
  • Autres articles du dossier Articles