La conjoncture démographique en France

L’évolution démographique récente en France : la fécondité est stable

par Magali Mazuy  Du même auteur

      Magali Barbieri  Du même auteur

      Hippolyte d’Albis  Du même auteur

Résumé

Au premier janvier 2013, la France comptait 65,8 millions d’habitants, dont 63,7 millions en France métropolitaine, soit un accroissement annuel supérieur à 4 ‰. Le nombre de personnes adultes bénéficiaires d’un titre de séjour de longue durée est relativement stable, ces personnes sont majoritairement des femmes et d’âge jeune. La fécondité est équivalente à l’année précédente, mais la proportion de femmes en âge de procréer diminue, entraînant une légère baisse de la natalité en 2012. La fécondité par âge s’est peu modifiée, mais celle des femmes âgées de 35 à 39 ans continue d’augmenter. Les naissances hors mariage se sont banalisées et concernent 57 % des enfants nés en 2012. Le nombre des interruptions volontaires de grossesse (IVG) reste stable en 2012, ainsi que l’indicateur conjoncturel d’IVG et les taux par âge. Après une baisse régulière, le nombre de mariages aurait légèrement augmenté en 2012 d’après les données provisoires. La saisonnalité des mariages reste encore très marquée et la grande majorité des unions sont concentrées de juin à septembre. La mortalité a connu en 2012 un ralentissement en termes de progrès d’espérance de vie en raison des épidémies hivernales. Le nombre de décès a augmenté de plus de 4 % entre 2011 et 2012.

Plan de l’article
  • Un accroissement naturel en légère baisse
  • Près d’une personne sur deux âgée de moins de 20 ans ou de 60 ans et plus
  • Une position intermédiaire en Europe
  • Baisse de la natalité, stabilité de la fécondité
  • Stagnation de la descendance finale à 2 enfants par femme
  • Augmentation des naissances hors mariage
  • Pacs : du tribunal d’instance aux notaires
  • Vers une stabilisation des mariages ?
  • Retard et baisse de la primo-nuptialité
  • Les progrès de l’espérance de vie marquent le pas en 2012
  • L’écart de mortalité entre hommes et femmes se réduit avant 65 ans
  • Le recul des maladies cardio-vasculaires reste le principal moteur des progrès
  • Le rôle majeur des cancers dans la réduction de l’écart entre les sexes
  • Les différences de mortalité entre les départements
  • Vue d’ensemble
  • Autres articles du dossier La conjoncture démographique en France