Caractéristiques récentes de la fécondité des couples mariés et non mariés en Roumanie

par Jan M. Hoem  Du même auteur

      Cornelia Mureşan  Du même auteur

      Mihaela Hărăguş  Du même auteur

Résumé

Jusqu’à la fin des années 1980, l’union libre était rare en Roumanie. Après la chute du régime socialiste, cette proportion a progressivement augmenté pour atteindre environ 10 % en 2005, évolution qui a eu des conséquences sur la fécondité. Cet article présente certaines caractéristiques de la fécondité des couples mariés et non mariés entre 1985 et 2005 à partir des données de l’enquête GGS réalisée en Roumanie en 2005, par le calcul des taux de fécondité par durée de l’union et l’utilisation d’un paramètre synthétique basé sur la somme de ces taux toutes durées d’union confondues, indépendamment de la parité. L’analyse met en évidence les catégories de femmes qui ont eu particulièrement tendance à avoir des enfants sans être mariées : les femmes à faible niveau d’instruction et celles d’origine rurale. Dans ces deux groupes, les femmes qui vivaient en union libre ont été fortement affectées par les changements considérables de la politique familiale dans les années 1990, après quoi leur fécondité totale hors mariage est devenue du même ordre de grandeur que celle des femmes mariées. Pour les femmes de ces deux catégories, le fait d’être mariée ou non ne semble guère avoir d’influence sur leur fécondité.

Plan de l’article