Le dernier mois de l’existence : les lieux de fin de vie et de décès en France

par Sophie Pennec  Du même auteur

      Joëlle Gaymu  Du même auteur

      Alain Monnier  Du même auteur

      Françoise Riou  Du même auteur

      Régis Aubry  Du même auteur

      Silvia Pontone  Du même auteur

      Chantal Cases  Du même auteur

Résumé

Cet article décrit les lieux de vie et trajectoires résidentielles des personnes durant le dernier mois de leur existence, à partir de l’enquête Fin de vie en France réalisée en 2010. L’enquête repose sur un échantillon représentatif des décès survenus en décembre 2009. Les médecins ayant certifié les décès ont été interrogés sur les circonstances de la fin de vie. Si 3 personnes sur 5 meurent à l’hôpital, seules la moitié étaient hospitalisées un mois avant leur décès. Dans ce laps de temps, l’hospitalisation à partir du domicile est le changement le plus fréquemment observé. Les personnes prises en charge en maison de retraite ou à l’hôpital un mois avant leur décès ont une forte probabilité d’y finir leurs jours. Des analyses multivariées montrent que l’âge et le sexe influencent le parcours de fin de vie : ce sont les plus âgés et les femmes qui présentent le plus fort risque de vivre leur dernier mois en maison de retraite. Les symptômes, le type de maladies et la finalité des traitements conditionnent les lieux de la fin de vie des patients. Toutes les situations cliniques ne permettent pas de maintenir les personnes à domicile : le traitement d’épisodes aigus, les détresses respiratoires ou les problèmes digestifs sont plus souvent traités à l’hôpital, les troubles mentaux en maison de retraite et les difficultés de déplacement dans chacun de ces lieux.

Plan de l’article
  • Conclusion