Les relations entre adolescents et grands-parents en Suisse : séparation conjugale et équilibre entre lignées

par Alexandre Pillonel  Du même auteur

      Cornelia Hummel  Du même auteur

      Ivan De Carlo  Du même auteur

Résumé

Quels types de relations entretiennent deux générations familiales, les grands-parents et les petits-enfants, lorsque le couple qui constitue la génération intermédiaire est séparé ’ Les analyses sont menées à partir de l’enquête Enfants, adolescents et leurs grands-parents dans une société en mutation, effectuée en Suisse en 2004 auprès de 685 adolescent(e)s sur leurs relations aux grands-parents. Elles mettent en lumière plusieurs facettes de ces relations, notamment en ce qui concerne les effets de lignée. Contrastant avec l’assertion aujourd’hui classique d’un biais matrilatéral associé à la séparation conjugale, nos analyses multivariées font apparaître des résultats inédits : si les relations entre les deux générations sont effectivement moins intenses en situation de séparation conjugale qu’en situation d’union, la différence est relativement faible. Par ailleurs, le biais matrilatéral s’exprime tant au sein des familles où les parents sont séparés qu’au sein des familles où les parents vivent ensemble, et la séparation conjugale n’est pas associée à une augmentation du biais matrilatéral. Ces résultats peuvent être interprétés comme un signe de l’évolution, dans nos sociétés, des relations avec la parenté suite à la séparation conjugale.

Plan de l’article