La mobilité ethnique des Autochtones du Canada entre les recensements de 2001 et 2006

par Éric Caron-Malenfant  Du même auteur

      Simon Coulombe  Du même auteur

      Eric Guimond  Du même auteur

      Chantal Grondin  Du même auteur

      André Lebel  Du même auteur

Résumé

Cet article présente les résultats d’une analyse de la mobilité ethnique intragénérationnelle des Autochtones au moyen d’une source de données qui permet, pour la première fois au Canada, une estimation directe du phénomène : l’appariement entre les recensements de la population de 2001 et 2006. La mobilité ethnique intragénérationnelle, en d’autres termes les changements de déclaration de l’identité autochtone au cours de la vie, a contribué de manière importante à l’accroissement des populations métisses et indiennes de l’Amérique du Nord vivant hors des réserves indiennes au cours des dernières décennies. Cependant, les estimations publiées jusqu’ici reposant toutes sur des mesures indirectes, elles ne permettaient qu’une connaissance limitée des caractéristiques qui y sont liées. L’analyse, descriptive puis multivariée, montre que les gains de population que connaissent les Autochtones en raison de la mobilité ethnique résultent en réalité de flux multidirectionnels liés à certaines caractéristiques clés, comme le fait d’avoir des origines ethniques mixtes. L’article explore également les effets de la mobilité ethnique sur la composition sociodémographique des populations autochtones, leur répartition géographique étant notamment modifiée suite aux changements qui touchent la déclaration de l’identité aux recensements. Plan de l’article
  • Conclusion
Un erratum est présenté en début d’article.