Variations spatiales des structures de ménage en Allemagne au xixe siècle

par Mikołaj Szołtysek  Du même auteur

      Siegfried Gruber  Du même auteur

      Sebastian Klüsener  Du même auteur

      Joshua R. Goldstein  Du même auteur

Résumé

L’Allemagne du xixe siècle est un laboratoire particulièrement intéressant pour l’étude des différences démographiques entre régions, et pourtant les structures de la famille à cette époque dans cette partie de l’Europe restent peu explorées. Cet article analyse la variabilité des situations domestiques avec une mesure agrégée de la complexité des ménages fondée sur les statistiques publiées du recensement allemand de 1885. Des méthodes descriptives et des techniques de modélisation spatiale permettent d’examiner les hypothèses existantes sur les déterminants de la complexité des ménages. Les variations régionales de la structure des ménages sont-elles associées aux variations concernant l’emploi agricole, les pratiques d’héritage, l’appartenance ethnique et d’autres caractéristiques socio-économiques ? Les régions où la complexité des ménages était faible se concentrent dans le sud-ouest et le sud de l’Allemagne, et celles où la complexité était forte dans le nord et le nord-est. Quant aux différences macro-régionales socio-économiques et culturelles, dont on sait qu’elles existaient en Allemagne à la fin du xixe siècle et qu’on pensait décisives, elles ne s’avèrent que faiblement associées aux schémas spatiaux de complexité des ménages. Ces résultats sont cohérents avec l’hypothèse de Ruggles (2009), selon laquelle les variations spatiales des structures de ménage sont essentiellement liées au degré d’emploi dans l’agriculture et aux caractéristiques démographiques.

Plan de l’article
  • Données
  • Mesure de la complexité des ménages
  • Méthodes
  • Variables
  • Analyse descriptive
  • Analyse de Theil
  • Analyse de régression
  • Conclusion