Notes de recherche

Un indice synthétique de fécondité enrichi à partir des données de panel

par Gustavo De Santis  Du même auteur

      Sven Drefahl  Du même auteur

      Daniele Vignoli  Du même auteur

Résumé

Hoem et Mureşan ont récemment montré que l’indicateur agrégé de fécondité le plus largement utilisé, l’indice synthétique de fécondité, peut être compatible avec des estimations de fécondité tirées de l’application de l’analyse biographique à des données individuelles. Cette note de recherche a pour objectif d’étendre leurs propositions en montrant qu’elles peuvent être utilement appliquées à des panels courts où les mêmes personnes sont interrogées lors de deux ou plusieurs vagues successives sur un nombre très limité d’années. Cette méthode s’applique ainsi à des données recueillies pour des objectifs plus généraux que la recherche démographique, y compris des données de nature économique (emploi, revenu, mobilité géographique ou professionnelle, etc.). Malgré l’absence de questions sur la fécondité, on peut obtenir des estimations de fécondité pour des groupes qui ne pourraient pas être constitués autrement (par exemple, fécondité par niveau de revenu avant la naissance d’un enfant), sans biais de mémoire ou de sélection des répondants, ces estimations étant rendues cohérentes avec l’indice synthétique de la période pour la population totale. Une application aux données italiennes d’EU-SILC pour les années 2004-2007 illustre les avantages et les limites de la méthode.

Plan de l’article
  • Conclusion
  • Autres articles du dossier Notes de recherche