La migration internationale est-elle un facteur de divorce ? Les couples ghanéens au Ghana et à l’étranger

par Kim Caarls  Du même auteur

      Valentina Mazzucato  Du même auteur

      Camille Richou  Du même auteur

Résumé

Cet article examine les effets de la migration internationale sur la probabilité de divorce parmi les couples ghanéens interrogés en 2009. Les couples ayant migré ensemble et les couples dont le mari ou la femme ont migré seuls sont comparés aux couples n’ayant aucune expérience de migration. La relation entre migration et divorce est replacée dans son contexte à l’aide des connaissances anthropologiques sur les relations conjugales au Ghana. Les données ghanéennes du programme de recherche Migrations entre l’Afrique et l’Europe, qui contiennent des informations rétrospectives sur les couples mariés, ont été analysées. L’analyse biographique en temps discret montre que les couples migrants présentent des taux de divorce plus importants que les couples non migrants, mais seulement lorsque la femme a migré, indépendamment ou avec son conjoint. Les couples étant restés plus longtemps séparés présentent également un risque de divorce plus important, particulièrement lorsque c’est l’homme qui migre.

Plan de l’article
  • Migration et divorce
  • Le divorce dans un contexte transnational
  • Divorce et normes de genre
  • Migration et divorce au Ghana
  • Les couples ghanéens et la migration internationale
  • Échantillons
  • Probabilité de divorce
  • Expérience de migration des couples et variables de contrôle
  • Expérience de migration des couples et probabilité de divorce
  • Caractéristiques de migration des couples et probabilité de divorce