Articles

La dynamique des substitutions linguistiques au Canada

par Patrick Sabourin  Du même auteur

      Alain Bélanger  Du même auteur

Résumé

Cet article propose une méthode d’estimation des substitutions linguistiques basée sur le principe de la cohorte fictive et de l’analyse de survie. À partir des données d’un seul recensement, cette méthode permet d’obtenir des taux de substitution linguistique pour différents groupes de population au Canada (selon la langue transmise à la naissance, le statut d’immigrant, l’âge à l’immigration, le niveau d’études) et pour toutes les régions concernées du pays. La robustesse de la méthode est validée en comparant les résultats obtenus à partir des recensements canadiens de 1991, 1996, 2001 et 2006. Les taux de substitution linguistique selon l’âge ou la durée d’immigration sont robustes dans le temps, mais varient significativement selon les groupes de population. Ils sont très faibles chez les immigrants allophones de première génération arrivés au Canada à l’âge adulte, mais peuvent atteindre 90 % dans la seconde génération. Ces taux varient peu d’une région à l’autre du Canada pour les allophones, mais davantage pour les minorités de langue officielle, atteignant dans certains cas des taux comparables à ceux de la seconde génération d’immigrants allophones. Au Québec, où le français et l’anglais constituent deux langues de convergence pour les allophones, la hausse des substitutions linguistiques effectuées vers le français est largement tributaire des changements dans la composition ethnolinguistique de l’immigration.

Plan de l’article
  • Un regard démographique sur la dynamique des comportements linguistiques
  • Données utilisées
  • Méthodes utilisées antérieurement
  • Méthode d’analyse
  • La persistance linguistique chez les allophones natifs et immigrants
  • Comparaisons interrégionales
  • Persistance des minorités de langue officielle
  • L’impact des études sur la persistance linguistique
  • Analyse du choix linguistique des allophones au Québec
  • Persistance linguistique chez les allophones
  • Persistance linguistique chez les minorités de langue officielle
  • Orientation des substitutions linguistiques au Québec
  • Limites méthodologiques
  • Annexe 1. Modélisation de la persistance linguistique : comparaison entre la régression linéaire et l’analyse de survie
  • Annexe 2. Impact du mode de répartition des réponses multiples
  • Annexe 3. Impact de la migration différentielle sur les courbes de persistance linguistique