Articles

Maladies rénales et inégalités sociales d’accès à la greffe en France

par Christian Baudelot  Du même auteur

      Yvanie Caillé  Du même auteur

      Olivier Godechot  Du même auteur

      Sylvie Mercier  Du même auteur

Résumé

Les maladies rénales sont invisibles et silencieuses jusqu’à un stade avancé. La transplantation est aujourd’hui le traitement le plus efficient à tous les âges de la vie en termes de survie et de qualité de vie, mais aussi pour le système de santé. Or, quels que soient le sexe ou l’âge, les patients les moins instruits y ont moins souvent accès que les autres en France. De nombreux facteurs indépendants concourent à ces inégalités sociales : la nature des pathologies rénales en partie produites par le mode de vie, l’attention prêtée aux premiers symptômes, mais aussi l’existence de deux traitements de suppléance (la dialyse et la transplantation) qui se pratiquent dans des univers professionnels différents. Les mieux armés pour s’orienter dans ce système sont les patients les plus instruits. Les inégalités d’accès aux traitements entraînent à leur tour de fortes inégalités d’accès ou de maintien dans l’emploi. Les moins diplômés héritent d’emplois éprouvants physiquement qui sont rarement compatibles avec les séances de dialyse et un organisme affaibli.

Plan de l’article
  • L’enquête des États généraux du rein 2012
  • L’enquête Quavi-REIN 2011
  • La nature des pathologies et/ou les groupes sanguins des patients
  • La prise en charge médicale et l’organisation du système de soins
  • Les caractéristiques sociales et l’attitude des patients face à leurs maladies
  • Comment mesurer les effets respectifs de ces trois familles de facteurs ’
  • Les raisons médicales n’expliquent pas tout
  • L’inscription sur la liste d’attente
  • Les différentes modalités de la greffe
  • L’inégalité sociale d’accès à la greffe n’est pas une exception française
  • Les maladies rénales ne constituent pas une exception dans le paysage médical
  • Efficacité ou équité du don d’organes ’
  • Conclusion
  • Traitements des maladies rénales
    • Pour l’hémodialyse (55 % des patients), deux modes de traitement sont possibles
    • Transplantation rénale ou greffe (45% des patients) : il existe deux sources de greffons
  • Autres articles du dossier Articles