Synthèse sur une question de population

Synthèse sur une question de population

par Olivia Samuel  Du même auteur

      Anne Solaz  Du même auteur

      Laurent Toulemon  Du même auteur

En 2015, la revue Population inaugurait une nouvelle série de chroniques annuelles sous la responsabilité de Dominique Tabutin, consacrées à l’état des connaissances sur une question de population contemporaine dans le monde. Ces chroniques visent à offrir à une large audience (scientifiques, étudiants, journalistes …) des synthèses regroupant à la fois des données factuelles et des éléments des débats théoriques et politiques. L’article de synthèse permet de comprendre l’histoire de la problématique pour replacer le sujet dans un contexte plus large. Après une description critique des sources d’information et des outils de mesure, un bilan des recherches les plus récentes décrit les tendances du phénomène ainsi que ses disparités sociales et spatiales. Une discussion conduit ensuite à s’interroger sur les implications politiques ou juridiques éventuelles de la situation actuelle et future, ainsi que sur les défis posés pour la recherche.

Après une première chronique de Christophe Guilmoto consacrée à « La masculinisation des naissances » (n° 2, 2015), cette nouvelle édition proposée par Armelle Andro et Marie Lesclingand traite d’un sujet au carrefour des questions démographiques, sanitaires, sociales et politiques : « Les mutilations génitales féminines ». Ces pratiques sont souvent considérées comme relevant de coutumes ancestrales, mais les travaux de recherche, la mobilisation militante et celle des organismes internationaux ont permis de remettre en question ce fatalisme culturel et d’informer sur les effets gravement délétères des mutilations génitales sur la santé des femmes, et plus particulièrement leur santé reproductive. À ce jour, l’Unicef estime à 200 millions le nombre de femmes ayant subi une mutilation génitale dans le monde. Mais la quantification de cette pratique, illégale dans un certain nombre de pays, est loin d’être aisée, et les auteures reviennent en détail sur les sources et les méthodes d’estimation. Le phénomène touche non seulement une partie des pays africains, mais également certains pays du Moyen-Orient et de l’Asie et, réalité moins connue, les pays du Nord dans lesquels vivent des communautés issues de ces pays d’origine. Les auteures analysent dans cette chronique les caractéristiques des populations concernées par les mutilations génitales et mettent en lumière les enjeux en matière de santé publique et de droits humains soulevés par cette pratique.

Autres articles du dossier Synthèse sur une question de population