Articles

Périurbanisation et transformation du gradient de la mortalité urbaine en Suisse

par Mathias Lerch  Du même auteur

      Michel Oris  Du même auteur

      Philippe Wanner  Du même auteur

Résumé

Alors que les différences régionales d’espérance de vie se sont estompées en Suisse, quels sont les effets de la périurbanisation sur la géographie de la mortalité ’ À partir des données de l’état civil et des recensements, on observe un accroissement des différentiels intra-urbains de mortalité depuis 1980, en particulier dans les villes les plus grandes ou qui se sont récemment étendues. Un gradient non linéaire émerge : l’espérance de vie est plus faible dans les centres-villes et les zones rurales que dans la ceinture des agglomérations urbaines. Les profils de mortalité par âge et cause suggèrent que cela tient à la fois aux styles de vie propres aux populations des centres-villes et à la concentration spatiale des groupes défavorisés. Pour la mortalité entre 20 et 64 ans, un modèle multiniveau appliqué à des données de mortalité couplées aux recensements montre que la moindre mortalité observée dans les zones périurbaines résulte de la concentration d’individus très instruits et de familles. À l’inverse, la surmortalité des 20-64 ans dans les centres-villes reflète des désavantages matériels et sociaux. Cependant, ces conséquences socioéconomiques de la périurbanisation ne suffisent pas à rendre compte du gradient de la mortalité urbaine observé chez les personnes âgées.

Plan de l’article