Prix Jeune auteur·e 2018

L’effet d’une politique d’État sur les migrations DOM-métropole. Les enseignements des recensements de 1962 à 1999

par Marine Haddad  Du même auteur

Premières lignes

Cet article propose de nouvelles perspectives d’analyse de la démographie de quatre départements français d’outre-mer (DOM : Guadeloupe, Guyane, Martinique et La Réunion). Quels sont les effets des politiques publiques de population, portées notamment par le Bureau pour la migration des DOM (Bumidom, 1963–1981) et ses successeurs, sur les migrations vers la métropole ’ Les recensements de 1968 à 1999 permettent de mesurer l’ampleur et la structure de ces flux migratoires au cours du temps, ainsi que leur poids dans la population des natifs des DOM. S’appuyant sur des régressions en différences de différences, cette analyse permet de mesurer l’effet des politiques menées par le Bumidom. Elle montre que cet organisme a favorisé la croissance des migrations, également alimentées par les inégalités socioéconomiques entre les DOM et la métropole. Alors que l’offre d’enseignement supérieur dans les DOM et la part de bacheliers ne progressent pas au même rythme, les aspirations scolaires peuvent également être motrices des migrations. La comparaison des ultramarins restés dans les DOM avec ceux partis en métropole révèle que, depuis 1968, ces derniers sont caractérisés par un niveau d’études plus élevé.

Plan de l’article
  • Le mot du président du jury
  • Composition du Jury
  • L’effet d’une politique d’État sur les migrations DOM-métropole. Les enseignements des recensements de 1962 à 1999
  • I. La démographie d’outre-mer : objet privilégié des politiques publiques
    • 1. Antilles, Guyane, Réunion : une trajectoire commune malgré l’hétérogénéité des contextes
    • 2. Des populations à contenir
    • 3. L’évolution des politiques migratoires
  • II. Capter les mécanismes migratoires par les recensements
    • 1. Diverses sources de données sont disponibles
    • 2. Recensements et étude des migrations
    • 3. Les recensements utilisés
    • 4. Une approche par cohorte de migrants
  • III. Une reconfiguration des migrations ultramarines
    • 1. Les différentes dimensions de l’évolution des flux
    • 2. Un effet catalyseur souligné par la méthode des différences de différences
    • 3. Des migrants différents et sélectionnés ’
  • Conclusion