Articles

Quels logements et quels quartiers ? L’intégration résidentielle des immigrés en France

par Haley McAvay  Du même auteur

Résumé

À partir de l’enquête française Trajectoires et origines(TeO), cet article analyse les conditions de logement des immigrés et de leurs descendants pour cinq grands groupes d’origines. Ancré dans les théories classiques de l’assimilation spatiale des immigrés, ce travail explore les facteurs contribuant aux disparités des modes d’occupation des logements et des zones de résidence entre les immigrés et la population majoritaire. Des modèles d’équations simultanées sont utilisés pour décrire les interrelations entre le type de logement et la zone de résidence selon l’origine. Bien que des signes d’accès à la propriété en fonction de la durée du séjour en France et de la génération soient visibles, l’occupation d’un logement social reste fortement liée à l’origine des immigrés, indépendamment des autres facteurs. Les personnes originaires d’Afrique du Nord ou subsaharienne et de Turquie des première et deuxième générations ont des chances nettement plus importantes de vivre dans le parc locatif social que les autres groupes. Ils ont également une probabilité nette plus élevée d’habiter ces logements sociaux dans des quartiers à forte proportion d’immigrés, ce qui indique une ségrégation spatiale selon l’origine des résidents de logements sociaux.

Plan de l’article
  • I. Assimilation spatiale et stratification des lieux en France
  • II. Données et méthodes
  • III. Résultats
    • 1. Disparités dans le mode d’occupation du logement liées à la génération et à l’origine
    • 2. Une demande de logement social et des expériences discriminatoires différentes selon les minorités
    • 3. Interrelations entre le mode d’occupation du logement et les caractéristiques du quartier
  • Conclusion