La conjoncture démographique de la France

L’émigration des immigrés,une dimension oubliée de la mobilité géographique

par Matthieu Solignac  Du même auteur

Résumé

Cet article analyse la mobilité géographique des immigrés par rapport à celle des natifs en tenant compte des départs du pays d’accueil. Alors que la mobilité résidentielle de la plupart des natifs s’effectue au sein du territoire national, une proportion importante d’immigrés le quitte pour leur pays de naissance ou un pays tiers. Mais ces flux d’émigration sont souvent occultés, tant par l’approche rétrospective habituellement adoptée pour l’étude de la mobilité résidentielle, qu’en raison du manque de données adaptées pour mesurer les sorties du territoire. Ce travail se distingue en proposant une analyse du taux de départ des communes françaises, quelle que soit la destination. Dépassant la dichotomie entre migration interne et migration internationale, cette approche intégralement fondée sur un suivi individuel offre une mesure générale de la mobilité incluant l’émigration. Ce travail est mené à partir de l’exploitation d’un large panel administratif constitué de recensements exhaustifs et de l’état civil. Représentatif de la population, il permet un suivi systématique des trajectoires individuelles sur le territoire métropolitain français entre 1968 et 1999, tout en demeurant représentatif de l’ensemble de la population. La mobilité des immigrés se révèle nettement plus élevée que celle habituellement mesurée de façon rétrospective : elle est de 30 % à 50 % supérieure à celle des natifs. Un quart à un tiers des immigrés observés à un recensement donné ont quitté le territoire français au bout de 7 à 9 ans.

Plan de l’article
  • I. Enjeux de la mobilité des immigrés dans les pays d’accueil
    • 1. « Comprendre les migrations au-delà de l’immigration »
    • 2. Des trajectoires marquées par une émigration fréquente
    • 3. Le cas français
  • II. Modélisation de la mobilité géographique
  • III. Les données
    • 1. Présentation générale de l’EDP
    • 2. Alternative au manque de fiabilité des déclarations rétrospectives
    • 3. Variables d’analyse
    • 4. Limites de l’EDP
    • 5. Les échantillons d’étude
  • IV. Résultats
    • 1. Les immigrés sont plus mobiles que les natifs à chaque âge
    • 2. L’originalité des résultats
  • Conclusion