Observer le nombre d’enfants avec les données EU-SILC

par Angela Greulich  Du même auteur

      Aurélien Dasré  Du même auteur

      Karine Guerrouche  Du même auteur

Résumé

Les données des statistiques de l’Union européenne sur le revenu et les conditions de vie (EU-SILC) sont de plus en plus utilisées dans différents domaines de recherche en raison du grand nombre de pays couverts, des indicateurs socioéconomiques harmonisés disponibles et de la possibilité de les comparer, voire de les fusionner, à d’autres données. Toutefois, les mesures issues d’EU-SILC peuvent être faussées, car l’enquête ne pose pas la question du nombre total d’enfants d’une femme ou d’un homme, y compris ceux décédés, et parce que seuls les enfants vivant avec les parents sont comptabilisés. Ce n’est pas sans inconvénient pour l’analyse démographique comme pour l’analyse socioéconomique, car la taille des familles et les comportements en termes de fécondité sont des déterminants importants du revenu et des conditions de vie. Afin de sensibiliser les utilisateurs à cette question, cet article propose une analyse détaillée de la qualité des mesures du nombre d’enfants dans EU-SILC. Il s’agit tout d’abord de quantifier, pour 10 pays, le biais caractérisant le nombre d’enfants déclarés en distinguant les mesures de la fécondité selon l’âge et le rang de naissance, puis d’identifier les profils socioéconomiques les plus fortement associés à ce risque de biais.

Plan de l’article
  • I. Nombre d’enfants par âge de la mère et par rang de naissance
  • II. Le départ des enfants
  • III. Évaluation, à partir de données françaises, de l’impact des enfants vivant à l’extérieur du ménage
    • Caractéristiques démographiques et socioéconomiques des femmes avec des enfants vivant à l’extérieur du ménage
  • Conclusion
  • Annexes