Homogames un jour, homogames toujours ? Rencontre pendant les études et proximité de diplôme et de carrière au sein des couples en France

par Milan Bouchet-Valat  Du même auteur

      Sébastien Grobon  Du même auteur

Résumé

Cet article analyse, à partir de l’enquête Étude des parcours individuels et conjugaux (Épic, Ined-Insee, 2013-2014) réalisée en France, le lien entre le cadre de rencontre des conjoints, leurs diplômes et leurs carrières professionnelles. Il remet en cause la thèse selon laquelle l’allongement des études renforcerait leur proximité éducative et socio-économique, aggravant ainsi les inégalités entre couples dans l’ensemble de la population. Au fil des cohortes, la proportion de premières rencontres survenues dans le cadre des études ou pendant ces dernières s’est accrue, mais les séparations et remises en couple atténuent fortement les conséquences de cette évolution pour les relations en cours au moment de l’enquête. Les couples formés dans le cadre des études se caractérisent, comme on pouvait l’attendre, par une plus forte similarité des diplômes des conjoints. Cette homogamie éducative favorise une homogamie de statut professionnel, au début de la relation, comme à la date de l’enquête, mais ce lien est assez faible. Et le fait de s’être rencontrés dans le cadre des études ne joue que de façon très limitée sur la proximité des positions professionnelles des conjoints. Les inégalités genrées (hypergamie) apparaissent finalement plus fortes que l’homogamie : ce n’est pas lorsqu’ils ont le même diplôme, mais lorsque la femme est la plus diplômée, que l’écart professionnel en faveur de l’homme est le plus faible.

Plan de l’article